Entretien avec Anne Dubos

Envoyer à un ami

Imprimer

16/01/18

consulter fiche

Soutenue en décembre 2017, la thèse de doctorat d'Anne Dubos, lauréate du Prix de Maïeutique en 2014, porte sur le "vécu des mères et de leur entourage à l’occasion d’un retour précoce à domicile après la naissance d’un enfant".

 

La tendance actuelle est à la réduction de la durée du séjour en suites de couches. Comment le retour à domicile précoce est-il vécu par les accouchées ? Quel est le suivi dont elles bénéficient ? Quelle est la part de soutien apportée par la maternité ? Par l’entourage ? Pour le savoir, Anne Dubos a effectué ses recherches à la maternité de Roubaix, ville qui a la particularité d’être l’une des villes les plus pauvres de France avec un taux de chômage de plus de 30%. La maternité a mis en place un dispositif d’accompagnement au retour précoce dès 2008, avec un suivi à domicile par une sage-femme libérale. Pour la thèse, les mères ont été rencontrées à la maternité après la naissance, puis un mois à un mois et demi après leur retour à domicile.

 

Un tiers des mères isolé …

Pour un tiers des 44 femmes qui ont participé à l'étude, le dispositif proposé était insuffisant du fait de leur isolement social. Elles se sont retrouvées dans de grandes difficultés à leur retour à domicile, seulement deux jours après leur accouchement. Anne Dubos a mis en évidence qu'il s'agissait surtout des femmes les plus jeunes, les plus défavorisées, celles qui connaissent des conflits familiaux ou encore celles qui mettaient au monde leur premier enfant. Ainsi pour elles, ni le conjoint ni la famille n'apporte le soutien suffisant, et les visites des professionnels sont trop restreintes. Quant aux sages-femmes libérales qui suivent la patiente au retour à domicile, elles ne sont pas contactées par les jeunes accouchées, probablement parce que le lien de confiance avec les professionnelles n'a pas été établi en anténatal. En revanche, pour deux tiers des participantes, le retour précoce s'est bien passé, le plus souvent grâce à leur entourage. Dans un tiers des cas, le conjoint a pris en charge totalement les aînés et les tâches domestiques, laissant la mère se consacrer pleinement à son nouveau-né durant plusieurs semaines. Dans l'autre tiers c'est sur sa famille que la jeune mère peut compter.

 

Un arrêt prématuré de l'allaitement

Les visites à domicile sont dans l’ensemble limitées aux préconisations institutionnelles visites, soit deux maximum, cependant Anne Dubos a pu constater que de nombreux allaitements ont cessé dès la fin des visites, durant la première semaine après la naissance. Au total, alors que plus de la moitié des femmes allaitaient en sortant de la maternité, seul un tiers du corpus de femmes rencontrées a poursuivi l’allaitement au-delà d’un mois. Quels critères pour le retour précoce ? Il existe des recommandations pour valider le retour précoce à domicile après l'accouchement. Elles sont assorties d'une liste de critères à remplir, dont les médicaux, très détaillés. Or les professionnels éprouvent des difficultés à en appréhender deux importants : le critère social et le critère psychologique de la femme, du couple. Selon Anne Dubos, c'est aussi le manque de temps et l’organisation des soins actuelle qui impactent l’instauration de la relation de confiance envers les soignants et à la possibilité de poser des questions personnelles, qui est responsable de cette situation.

Haut de page

fermer
fermer

Vous devez être connecté(e) pour accéder à ce contenu et/ou cette fonctionnalité

You may login with either your assigned username or your e-mail address.
The password field is case sensitive.
Mot de passe oublié ?
  • Sign in with Twitter

Si vous n’êtes pas encore inscrit, cliquez ici

Vous avez oublié votre mot de passe?
Saisissez votre adresse e-mail pour le récupérer.

Envoyer à un ami

* Champs obligatoires